Vous êtes ici

"Enseigner l’art"

Date limite: 
01/03/2022

Ligeia, dossiers sur l'art : revue fondée à Paris par Giovanni Lista, en avril 1988, sur un programme critique du post-modernisme, ouvre un numéro spécial sur l’enseignement des matières artistiques. Ce numéro entend accentuer la visibilité des problématiques des enseignements pour les disciplines artistiques ou également par l’utilisation des arts dans la pratique de l’enseignement. 


La revue Ligeia, dossiers sur l’art, consacre un numéro aux enseignements des Arts (architecture, dessin, sculpture, arts visuels, poésie, cinéma, etc.). Ce numéro tend à justifier que l'enseignement artistique est « varié et lié à un contexte spécifique au sein de chaque pays » (Anne Bamford, 2006). Il s’appuie sur divers méthodes et procédés pédagogiques pour apprendre à réfléchir. Certes, faire apprendre à voir et percevoir, nourri des problématiques reposant sur la transmission des savoirs techniques et des savoir-faire, mais aussi des réflexions et des messages ici d’un raisonnement critique. L’art de l’enseignement des matières artistiques s’impose, ainsi, comme un vecteur lié à l’innovation à travers de multiples méthodes utilisées. Il nous mène à vivre des expériences des artistes enseignants et des enseignants artistes. Il développe la faculté de l’imagination chez l’apprenant et renforce par exemple dans l’éducation théâtrale « l’empathie, la capacité à comprendre le point de vue des autres et la régulation des émotions » (Winner, E., T. Goldstein et S. Vincent-Lancrin, 2014, p.239). Il permet de dégager des méthodes et des façons en fonction des systèmes et des procédés d'éducation et en fonction de la culture présente et de l’histoire de l’art.

L’éducation artistique et culturelle est un « projet de société » (Marie-Christine Bordeaux et François Deschamps, 2013) qui explore les compétences comportementales et sociales. Elle prend, depuis plusieurs décennies, une place très importante dans le développement des sociétés.  Elle contribue au « développement des individus, au bien-être des élèves, à leur motivation scolaire, à leur individuation comme à leur socialisation » (Jean-Gabriel Carasso, 2013).  Au-delà des différentes écoles, doctrines et méthodes pédagogiques, l’apprentissage des arts s’articule autour d’un « processus » qui permet à l’apprenant, futur artiste qui doit être conscient de son époque, d’améliorer ses capacités, pour l'analyse et la critique, en fonction de ses propres pratiques. En ce sens, Virginie Ruppin souligne que l’éducation artistique se développe dans trois types d’activités : « une pratique créative », « une rencontre avec les œuvres », et « l’acquisition de savoirs et de savoir-faire » (2016). D’autres questions relatives à l’enseignement des matières artistiques à savoir le développement des nouvelles technologies, l’apport de la psychologie en éducation, le développement des recherches en cognition et en motricité, restent en suspens.

Au-delà de ces diverses considérations sur une qualification manuelle et une expérience professionnelle artistique, l’autodidaxie, c’est-à-dire apprentissage sans maître, a nourrie d’autres apports des sciences de l’éducation artistique. Elle est décrite par Philippe Carré comme « attracteur paradoxal » (2010) elle est considérée comme sujet « difficile à saisir pour les sciences sociales dans la mesure où cette forme de transmission supposerait une absence d’altérité » (Florian Caron, 2011). Cette forme d’autoformation, qui a été positivement perçue avec les avant-gardes, fait preuve que le système de formation artistique est une figure multiforme où l’absence du maitre peut être en lui un procédé pour la formation. Ces situations de formation artistique et culturelle montrent qu’il y a des écoles cachées de l’éducation artistique qui nous poussent à découvrir des talents qui ne sont pas isolés (Pascal Cyrot, 2007).

Pour l’art l’acte d’enseigner que ce soit en sa présence ou en son absence révèle une dialectique intéressante entre apprendre, comprendre et faire comprendre. Ce qu’il importe de connaître ce ne sont pas des formes classiques d’apprentissage collectées, mais plutôt une problématique d’apprentissage des matières artistiques et de l’adaptation avec des méthodes de concevoir l’apprentissage autrement. Que devons-nous transmettre aujourd’hui à l’apprenant dans une discipline artistique et selon quelle pédagogie ? Devons-nous faire un retour à l’atelier de l’artiste comme espace pédagogique, ou devons-nous mettre en œuvre de nouvelles pédagogies adaptées aux mutations sociales ? Comment enrichissons-nous les enseignements grâce à notre démarche en tant qu’artistes-enseignants ? Que veut dire enseigner le beau ? Comment évaluer les apprentissages en éducation artistique ?

*

Remise des articles

Les articles (35.000 signes, espaces compris), accompagnés d’une bio-bibliographie succincte, doivent être adressés, sous format électronique, à turki_ramzii[at]yahoo.fr et à lista[at]club-internet.fr. Les dimensions des illustrations et des tableaux ne doivent pas dépasser 10 cm de largeur et 15 cm de longueur (Format :  jpg).

*

Calendrier :

20 décembre 2021 : Diffusion de l’appel

1 mars 2022: Date limite d’envoi de l’intitulé et d’un résumé (500mots), suivis d’une brève biobliographie.

10 mai 2022 : Date limite d’envoi de l’article

Octobre 2022 : Parution du numéro

Rédacteur en chef : Giovanni LISTA

Directeur du numéro : Ramzi TURKI

https://www.revue-ligeia.com/