Vous êtes ici

Les Vendredis du music-hall

Date: 
18/06/2021 - 10/12/2021

 

Animé par une perspective épistémologique, le séminaire « Les Vendredis du music-hall. Héritiers, héritages du music-hall (XVIIIe – XXe siècles) » propose d’ouvrir un chantier de recherche sur le mu- sic-hall, en explorant les racines his- toriographiques de ce divertissement, dans le contexte euro-américain, et sur une large période comprise entre les prémices des cafés-spectacles au XVIIIe siècle jusqu’au music-hall du XXe siècle. Articulé autour de trois principales acceptions du music-hall (en tant que lieu, spectacle, objet patrimonial) et trois enjeux métho- dologiques (documenter, identifier, contextualiser) , cette manifestation scientifique souhaite impulser une recherche collective et fédérer un premier groupe de chercheurs et chercheuses spécialisé.es ou en voie de spécialisation sur ce domaine d’étude.

Le music-hall pourra être appréhendé, conjointement ou séparément, en tant que lieu de divertissement, comme objet spectaculaire ou vecteur de patrimonialisation culturelle.

• À mi-chemin entre un café, un jar- din d’agrément, un bal et une scène théâtrale, cette session aborde la question de la parenté du mu- sic-hall avec ces divertissements connexes.

Les interventions se pencheront sur l’héritage de ces formes de loi- sir en questionnant l’histoire de la morphologie des salles et leurs implantations géographiques au sein du paysage théâtral depuis le XVIIIe siècle.

Elles pourront également inter- roger l’environnement social du music-hall en étudiant l’évolution sociologique des publics, les pra- tiques de sociabilité qui s’y dé- ploient ainsi que la présence d’ac- tivités parallèles à l’expérience spectaculaire.

• Un second axe thématique est dé- dié à l’étude des répertoires du mu- sic-hall, marqué par la variété des écritures spectaculaires et la mixité des disciplines artistiques repré- sentées. Nous privilégierons une approche générique qui consistera, dans un premier temps, à invento- rier les genres, sous-genres et styles spectaculaires, que ceux-ci soient issus de l’histoire canonique des arts scéniques (opérette, vaudeville, ballet), de l’histoire des attractions foraines (prestidigitation, numéros acrobatiques) ou l’objet de formu- lation plus difficilement saisissable ou à l’existence plus éphémère (re- vue-bouffe, pantomime-féerie).

• Un troisième volet s’intéresse aux dynamiques patrimoniales du music-hall en étudiant la position qu’il occupe dans l’historiographie des arts spectaculaires et dans la transmission des savoirs. Envisagé comme lieu de fabrique patrimo- nial, nous chercherons à évaluer l’impact de ce divertissement dans la diffusion des pratiques specta- culaires et dans l’édification des capitales culturelles aux XIXe et XXe siècles.

Le séminaire se veut être un espace de travail collaboratif autour de trois principaux enjeux méthodologiques: documenter, identifier, contextualiser.

Le premier s’intéresse aux traces mémorielles du music-hall en ex- plorant la diversité des matériaux existants visant à alimenter les sa- voirs sur une œuvre, un genre spec- taculaire, le parcours d’un artiste ou d’autres aspects fondamentaux de l’histoire esthétique et culturelle de ces lieux de divertissement.

La seconde perspective tend à mar- quer un territoire de recherche, à dessiner les contours de cet objet d’étude. La démarche vise à enquê- ter sur la généalogie de quelques pratiques, représentations et dis- cours associés au music-hall, de- puis les processus de création, de réception et/ou de média(tisa)tion.

Enfin, nous porterons une attention aux rapports entre historicités et dé- finitions en étudiant l’évolution de cette industrie culturelle dans une dynamique diachronique. L’étude de différents contextes historiques vise à rendre compte de chrono- logies différenciées tout en mul- tipliant les échelles de gradualité afin d’engager une approche à la fois locale et globale de l’histoire de ce divertissement.

Télécharger le flyer 

Télécharger le programme